EN SAVOIR PLUS
DEMANDER UNE DÉMO
fr
    avril 5, 2022
    5 minutes pour lire

    La livraison alimentaire à domicile séduit les consommateurs

    écrit par: Aude Chardenon

    Dopée par la crise sanitaire, la livraison alimentaire à domicile franchit une nouvelle étape avec la consolidation des partenariats entre Carrefour et Deliveroo, ainsi qu’entre Casino et Uber Eats. 

    Si pratique à l’heure où les déplacements sont encore très limités, la livraison à domicile a conquis de nouveaux adeptes. Déplacements impossibles ou limités, augmentation des repas à domicile liée au télétravail et à l’enseignement à distance, envie ou nécessité de réduire les interactions en magasin ou peur de l’attente à la caisse, les raisons sont multiples.

    Le succès de la livraison alimentaire à domicile

    Les Français, de leur côté, (re)découvrent rapidement les bénéfices des supermarchés en ligne qui amènent les courses devant leur porte parfois en un temps record. Les ventes en ligne enregistrent des pics inédits dès le mois de mars 2020.

    En France, selon Kantar, les dépenses sur les produits de grande consommation et frais libre-service enregistrent une hausse de 55 % entre avril et juin par rapport à la même période en 2019. 

    Des partenariats noués dans l’urgence pour la livraison alimentaire à domicile

    Conséquence directe de ces pics, une saturation des créneaux horaires dédiés à la livraison alimentaire à domicile. C’est dans ce contexte qu’Uber Eats et Deliveroo, partenaires privilégiés des restaurants, ouvrent alors leurs plateformes à la livraison des courses alimentaires et aux grandes enseignes.

    Les deux grands distributeurs intégrés, Carrefour et Casino ne s’y trompent pas et y voient le moyen de compléter leurs services de livraison alimentaire, qui n’ont jamais autant été sollicités que depuis le début de la pandémie de Covid-19, en s’appuyant sur les experts en la matière et de répondre à une demande croissante des consommateurs : être livrés, rapidement, voire en un temps record, à domicile, y compris pour les produits frais et les références du quotidien.

    D’un délai de livraison à domicile d’une heure à moins de 30 minutes

    Nouées au printemps 2020, ces alliances se consolident donc un an plus tard. Car les distributeurs l’ont bien compris, la tendance est durable. Selon McKinsey, la moitié des consommateurs européens qui ont utilisé des canaux en ligne pendant la pandémie ont l’intention de poursuivre leurs achats via ces canaux. Et ils sont même 25 % à déclarer qu’ils vont augmenter leurs achats d’épicerie en ligne, laissant présager une hausse du marché de la livraison alimentaire à domicile.

    Désormais, les utilisateurs franciliens de l’application Uber Eats peuvent commander une centaine de références des magasins Carrefour. Les utilisateurs de Deliveroo peuvent aussi commander des produits Carrefour et être livrés en moins de 30 minutes à Paris et bientôt dans une dizaine d’autres grandes villes françaises. L’alliance de ces deux groupes s’étend même à plusieurs pays européens.

    Le groupe Casino a annoncé simultanément un service similaire en partenariat avec Uber Eats, dans près de 200 agglomérations. Plusieurs de ses enseignes, dont Franprix, Monop’, La Nouvelle Cave et le Drugstore Parisien, mettent désormais des centaines de produits sur ces applications, et livrés en moins de 30 minutes. Le service de livraison alimentaire à domicile va être étendu à d’autres enseignes du groupe.

    L'attrait de la livraison alimentaire express à domicile

    D’un service de livraison expérimental naît aujourd’hui un nouveau circuit de livraison largement adopté par les grandes enseignes alimentaires. Les utilisateurs d’Uber Eats et de Deliveroo pourront également noter dans les onglets « courses » ou « épicerie » de ces app la présence de certains adhérents Leclerc (à Lille et à Paris), M&S Food, CocciMarket, G20 ou encore Cora. 

    Outre la livraison alimentaire à domicile, les atouts des géants de la tech 

    Le référencement des commerces de proximité, plébiscités par les Français, mais aussi l’accès à une clientèle jeune, urbaine et connectée, et au passage, une meilleure connaissance des préférences d’achat des clients urbains à condition de ne pas les décevoir et de pallier, entre autres, les ruptures de produits, l’une de leurs grandes faiblesses. Et de proposer également une expérience d’achat optimisée, notamment par un contenu enrichi par des informations produits complètes et des photos qui donnent envie de commander en ligne. 

    Des enjeux d’autant plus essentiels que la livraison alimentaire à domicile aiguise bien d’autres appétits : ceux d’Amazon Prime mais aussi la faim d’une nouvelle génération d’acteurs : les acteurs du quick commerce.

    L’e-commerce alimentaire fait partie des grandes tendances qui ont émergé en 2020 et la crise sanitaire. Pour tout connaître des grands phénomènes qui ont marqué le secteur et les différentes pistes que les distributeurs doivent explorer pour s’adapter aux nouvelles tendances de consommation, téléchargez notre livre blanc 2019-2021, ou la transformation du retail européen.

    TELECHARGER LE RAPPORT

    Articles Liés

    Continuer à lire

    mai 18, 2022

    Les applications alimentaires, un succès made in France

    6 minutes pour lire
    23 % des consommateurs français ont recours au moins une fois par mois aux applications nutritionnelles selon l’ObSoCo. Ces applications modifient nos achats, au point de...
    écrit par: Aude Chardenon
    avril 20, 2022

    La révolution des entrepôts automatisés

    3 minutes pour lire
    Face au boom de l’e-commerce alimentaire, les plateformes logistiques des retailers ont dû tenir la cadence pour assurer la distribution de l’ensemble des commandes.
    écrit par: Aude Chardenon
    avril 1, 2022

    Retail et Covid-19 : les distributeurs alimentaires français à l’épreuve du feu

    8 minutes pour lire
    Processus collaboratifs, intelligence artificielle, supply chain ou optimisation des données : l’innovation a permis aux distributeurs alimentaires en France d’accélérer leur...
    écrit par: Aude Chardenon