Regarder
DEMANDER UNE DÉMO
fr
    octobre 19, 2022
    5 minutes pour lire

    Nutri-score : ce qu’il faut savoir sur son nouveau mode de calcul

    écrit par: Aude Chardenon

    Mis en place en 2017 par Santé publique France après de nombreux débats, le Nutri-score refait parler de lui. Le plus célèbre des scores alimentaires, pensé comme un système d’étiquetage nutritionnel à l’avant des emballages, n’est pour le moment pas obligatoire. 

    Sa popularité auprès des consommateurs l’a transformé en indicateur incontournable : une étude RelevanC Advertising, relayée par LSA, souligne que 64 % des Français déclarent choisir un produit plutôt qu’un autre en fonction de son Nutri-score.

    Les derniers chiffres IRI estiment que les produits notés A et B voient leur part de marché cumulée croître de 0,7 point sur la période alors qu’à l’inverse, la notation E perd 0,5 point, soit la plus grosse régression du panel.

    Le Nutri-score vise à faciliter la compréhension des informations nutritionnelles par les consommateurs afin de les aider à choisir des produits correspondant à leurs attentes, comme l’Eco-Score pour les acheteurs soucieux des problématiques environnementales. Aujourd’hui, ce système d’étiquetage nutritionnel voit sa formule évoluer. Voici tout ce qu’il faut savoir sur le nouveau mode de calcul du Nutri-score. 

    L’ancien mode de calcul du Nutri-score

    Le Nutri-score a été conçu pour faire apparaître les informations nutritionnelles sous une forme abordable et simplifiée, afin qu’elles soient facilement compréhensibles par le consommateur, comme le prévoit l’article 35 du règlement INCO.

    Le Nutri-score consiste en une note, présentée sur une échelle de 5 couleurs : du vert foncé au rouge, chaque couleur étant associée à des lettres allant de A à E. Il est situé à l’avant des emballages. 

    Le calcul du Nutri-score prend en compte, pour 100 gr ou 100 ml de produit, la teneur en nutriments et aliments à favoriser (fibres, protéines, fruits, légumes, légumineuses, fruits à coques, huile de colza, de noix et d’olive), ainsi que la teneur des nutriments à limiter (énergie, acides gras saturés, sucres, sel). On obtient alors un score sous forme d’une lettre et d’une couleur. 

    Le nouveau mode de calcul du Nutri-score

    Adopté dans un contexte polémique dans le monde de la grande consommation, le Nutri-score fait régulièrement l’objet d’études en vue de son amélioration. Il a ainsi été doté d’un comité scientifique composé d’experts indépendants sélectionnés dans le domaine de la nutrition et de la santé publique de différents pays, et dont l’objectif est d'améliorer l'algorithme sous-jacent au Nutri-score afin de le rendre plus cohérent avec les différentes recommandations alimentaires.

    Une combinaison de modifications de l’algorithme de calcul pour les aliments solides a été adoptée à l’été 2022. Les évolutions proposées doivent renforcer l’efficacité du Nutri-score sur certains groupes d’aliments, parmi lesquels les matières grasses dont les huiles végétales, les poissons et produits de la mer, les produits céréaliers et en particulier le pain, ainsi que les produits laitiers dont les fromages. 

    Elles doivent aboutir à une meilleure classification pour les huiles moins riches en graisses saturées (colza, noix ou olive), une meilleure classification pour les poissons gras, une meilleure différenciation entre les aliments complets, riches en fibres, et les produits raffinés, une meilleure différenciation entre les produits laitiers sucrés et non sucrés, ainsi que les différents types de fromage. Par ailleurs, certains plats composés surgelés (pizzas, etc.) ne pourront plus être notés A ou B. Les seuils nutritionnels deviennent plus stricts pour les teneurs en sucre, sels ou encore fibres.

    L’impact de l’évolution du mode de calcul du Nutri-score

    Les pouvoirs publics indiquent que les fabricants disposeront d’un délai pour mettre en place le logo sur l’ensemble des produits concernés. Des modifications sont également attendues sur d’autres catégories de produits, comme les boissons, ce qui implique une attention particulière dans les mois à venir.

    Le calendrier est néanmoins serré puisque ces changements seront effectifs dès la fin de l’année 2022 dans les sept pays européens engagés dans le déploiement du Nutri-score (France, Belgique, Allemagne, Espagne, Luxembourg, Pays-Bas et Suisse).

    Désormais, les marques et les distributeurs sont confrontés à une multitude de nouvelles exigences et doivent suivre les éventuels scores à venir. Ils sont amenés à ainsi améliorer leurs produits et leur assortiment et accélérer en matière d'accès à l'information sur les produits pour répondre à ces enjeux.

    Pour en savoir plus sur les nouvelles tendances de consommation et leur impact sur les décisions d’achat et la gestion des données produit, téléchargez notre rapport « Comment la transparence des données produit agit sur les décisions des acheteurs européens ».

    TELECHARGER LE RAPPORT

    Articles Liés

    Continuer à lire

    avril 1, 2022

    Retail et Covid-19 : les distributeurs alimentaires français à l’épreuve du feu

    8 minutes pour lire
    Processus collaboratifs, intelligence artificielle, supply chain ou optimisation des données : l’innovation a permis aux distributeurs alimentaires en France d’accélérer leur...
    écrit par: Aude Chardenon
    avril 21, 2022

    Adaptive retail : les best practices 2020

    4 minutes pour lire
    Pour répondre aux besoins des clients, dont les déplacements étaient limités, en alimentaire notamment, l’explosion des commandes en ligne a poussé les enseignes et leurs...
    écrit par: Aude Chardenon
    avril 11, 2022

    Depuis le Covid-19, les ventes bricolage en pleine accélération

    4 minutes pour lire
    Alors que le secteur tardait à se digitaliser, la pandémie de Covid-19 a poussé les acteurs du bricolage à accélérer leur stratégie omnicanale pour faire face à une...
    écrit par: Aude Chardenon