Lire
DEMANDER UNE DÉMO
fr
    décembre 14, 2022
    7 minutes pour lire

    Voici pourquoi le data shock est toujours d'actualité

    écrit par : Julie Merrer

    Le volume de données numériques généré au niveau mondial ne cesse de progresser. Science, transport, éducation, agriculture, média, marketing… Tous les domaines sont aujourd’hui concernés par le data shock, à commencer par le secteur du retail. 

    Le data shock, ou comment les données augmentent à un rythme effréné dans le monde

    Selon une étude Seagate et IDC, le volume total de données numériques produites va être multiplié par plus de huit, pour atteindre 163 Zettaoctets (soit 163 milliards de Téraoctets) entre 2015 et 2025. 

    Pour comprendre l'ampleur du phénomène, sachez qu’un 1 seul Zettaoctets équivaut à 1 milliard de Téraoctets, soit plus de mille milliards de gigaoctets… On parle d’ailleurs de data shock, ou choc des données. 

    Bien entendu, cette explosion de la data n’est pas sans conséquence. Elle ouvre de nouvelles perspectives dans tous les domaines : la science et la recherche scientifique, la santé, la politique, la communication ou encore le marketing… 

    À ce sujet, il est intéressant de constater que les individus ne seront plus les premiers créateurs de données numériques. En effet, selon cette même étude, 60 % des données mondiales seront produites par des entreprises d’ici 2025.

    L’explosion de la donnée, ou comment le data shock est une opportunité pour les retailers

    L’explosion des données affecte tous les secteurs d’activité, et le monde du retail ne fait pas exception, bien au contraire. Dans ce domaine, les datas sont multiples, nombreuses. 

    Les données produit ont en effet de multiples facettes : données logistiques, données magasins, données qualité & RSE, données e-commerce, données de personnalisation de l’assortiment. Et la quantité de datas générées évoluent très vite. 

    Salsify constate en effet que le nombre de fournisseurs augmente de 16 % par an, contribuant à une croissance annuelle du nombre de produits de 30 % et du nombre d'attributs produits de 20 %. Au total, c’est 56 % de données produit supplémentaires qui sont générées tous les ans. 

    Pour les retailers, l’explosion des données est une opportunité. Surtout lorsque l’on sait que les entreprises qui prennent des décisions data-driven ont de bien meilleures chances de croissance et de longévité et de développement, comme nous le montrent régulièrement les études

    Les commerces de détail ont donc tout intérêt à tirer profit de leurs données produit pour booster leur croissance et notamment pour : 

    • faire preuve de davantage de transparence, construire des relations de confiance avec les consommateurs et répondre à leurs nouveaux besoins ;
    • offrir de meilleures expériences d’achat aux clients ;
    • optimiser les aspects logistiques de leur activité. 

    Le data shock, tendance en adéquation avec les évolutions du secteur du retail

    Le secteur du retail est en pleine métamorphose. Depuis quelques années, nous voyons émerger de nouvelles tendances : l’omnicanalité bien sûr, mais aussi les stratégies de différenciation, sans oublier l’évolution des comportements d’achat et des besoins des consommateurs.

    Pour les retailers, les données produit sont essentielles pour s’adapter à ces évolutions.

    • Data et omnicanalité

    Aujourd’hui, les entreprises se doivent de fournir une expérience client fluide et unifiée sur tous les points de vente. 

    Les consommateurs sont encore trop nombreux à vivre une expérience décousue lorsqu’ils passent d’un canal à un autre. Quelques exemples parlants : acheter un produit en ligne et ne pas pouvoir le ramener en magasin, obtenir des informations différentes, voire contradictoires, selon les canaux…

    Mettre en place une stratégie omnicanale efficace nécessite donc de collecter la bonne donnée.  

    Ces données doivent être cohérentes d’un point de vente à un autre. Pour éviter les contradictions, il est nécessaire de mettre à jour et de synchroniser les informations en temps réel sur tous les canaux. 

    D’ailleurs, la législation européenne estime que le consommateur doit avoir le même niveau d’information en ligne qu’en magasin. 

    Enfin, les données produit doivent être complètes. À l’heure actuelle, les commerçants ne peuvent plus se contenter de fournir les informations de base. Il faut désormais aller plus loin, proposer du contenu plus complet, pour conseiller l’acheteur et l’aiguiller dans son choix. 

    • Data et nouvelles attentes des consommateurs

    Les modes de consommation évoluent depuis quelques années. Les préoccupations des consommateurs changent : ils accordent plus d’importance au fait d’acheter des produits sains, de qualité, durables, avec un impact positif sur l’environnement.

    Dès lors, ils vont être plus vigilant à certaines données produit, comme la composition, la provenance, l’indice de réparabilité ou à des indices spécifiques, comme l’indice Nutri-score (qui note la valeur nutritionnelle d’un aliment) ou l’indice Eco-Score (qui note l’impact environnemental d’un produit). 

    Les entreprises ont donc tout intérêt à récolter et mettre en avant les données liées à ces nouveaux enjeux. Elles deviennent ainsi plus attractives, et surtout elles font preuve de transparence et noue des relations de confiance avec le consommateur. 

    • Data et personnalisation

    Les données sont très utiles pour créer des offres personnalisées, en fonction des habitudes d’achat et du style de vie des consommateurs. 

    5 chiffres clés qui montrent que le data shock est toujours d'actualité

    Les données n’ont jamais été aussi nombreuses qu’aujourd’hui. Et cette croissance ne semble pas prête à faiblir. Pour les entreprises, notamment du secteur du retail, c’est une opportunité à saisir pour se développer et continuer d’innover. 

    1. Entre 2015 et 2025, le volume total de données produites va être multiplié par plus de huit, pour atteindre 163 Zettaoctets (soit 163 milliards de Téraoctets).
    2. 60 % de ces données seront produites par les entreprises.
    3. Le secteur du retail est dynamique : le nombre de fournisseurs augmente de 16 % par an.
    4. Le nombre de produits proposés connaît une croissance de 30 % par an et le nombre d’attributs produit de 20 %
    5. Le volume de données produit progresse, lui aussi, de 56 % par an.

    Pour en savoir plus sur la nécessité de collecter des données produit de qualité et en faire un atout concurrentiel, téléchargez notre guide « La qualité des données produit au service de votre performance ».

     

    TÉLÉCHARGER LE GUIDE

    Articles Liés

    Continuer à lire

    avril 29, 2022

    Pourquoi les silos de données produit ralentissent la transformation digitale du retail

    4 minutes pour lire
    Les distributeurs sont confrontés à différents défis à l’ère de la multiplication des points de contact. Au sein de leurs propres organisations, ils doivent combattre toute...
    écrit par: Aude Chardenon

    Les avantages d’une plateforme collaborative pour optimiser la relation entre fournisseurs et distributeurs

    4 minutes pour lire
    La donnée produit est au cœur du commerce, de l’e-commerce, et donc de la relation entre le commerçant et son consommateur. Elle est au cœur de la collaboration entre le...
    écrit par: Aude Chardenon
    avril 6, 2022

    Quick commerce : pourquoi l'information produit est-elle déterminante ?

    4 minutes pour lire
    La rapidité de la livraison est une exigence désormais commune des consommateurs, qui se sont ces dernières années habitués aux standards des pure players comme Amazon.
    écrit par: Aude Chardenon